5 choses à savoir sur le marché français du CBD

Une demande qui ne faiblit pas, des grandes surfaces qui investissent le marché, un engouement sans précédent de la part de la communauté scientifique… Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’épopée du cannabidiol, ou CBD, dans l’Hexagone !

#1 Le cannabidiol séduit des millions de Français

En France, le cannabidiol ou CBD a trouvé son public, et c’est le moins que l’on puisse dire. En effet, cette molécule plébiscitée pour ses vertus antalgiques, ses effets relaxants et ses propriétés anti-inflammatoires est désormais consommée par plus de 7 millions de Français selon les chiffres de l’Association Interchanvr repris par le très sérieux média LSA Conso.

Pour répondre à cette demande soutenue, les boutiques spécialisées dans les produits à base de CBD se sont multipliées un peu partout dans l’Hexagone. Si ces magasins se concentrent essentiellement dans les grands pôles urbains, des entrepreneurs ont fait le choix d’ouvrir des commerces de ce type dans des contrées plus reculées avec un certain succès. Toujours selon l’Interchanvr, le nombre de magasins spécialisés dans les produits de CBD est passé de 400 en 2020 à plus de 2 000 en 2022.

#2 Le CBD voit son image (partiellement) réhabilitée

De par son affiliation avec le cannabis, le CBD a longtemps souffert d’une image controversée même s’il peut être librement commercialisé depuis plusieurs années. Selon le Comité Scientifique de l’Organisation Mondiale de la Santé, le CBD « ne présente pas de risque d’abus et n’est pas nocif pour la santé publique ». La position de l’OMS, un organisme pourtant réputé pour sa sévérité et son adhésion au principe de précaution, a sans doute contribué à la réhabilitation du CBD auprès d’une partie de la communauté scientifique.

Mais c’est sans doute l’intérêt des enseignes de grande distribution qui a fini par convaincre les consommateurs français. En effet, Monoprix a fait circuler un « CBD Truck » en Île-de-France au premier trimestre 2022 pour faire la promotion de ses « espaces CBD » ouverts dans les rayons « beauté » et « parapharmacie » de ses magasins de proximité. Même son de cloche du côté de Carrefour qui a noué des partenariats avec deux marques françaises proposant des desserts et des huiles de CBD.

#3 La France, championne d’Europe au niveau de la production

La France produit plus de la moitié du chanvre industriel européen, loin devant les Pays-Bas et l’Italie. L’Hexagone s’impose même comme le troisième producteur mondial derrière le Canada et la Chine. La disponibilité de la matière première confère aux professionnels français un bel avantage compétitif et permet à des acteurs comme Pro 4 You CBD de proposer des tarifs avantageux sans craindre la rupture de stock.

#4 L’incertitude juridique s’éternise

Pendant ce temps, le législateur peine toujours à trancher sur la légalité du commerce du CBD pur à long terme. Il faut savoir que les professionnels du secteur ont eu une (grosse) frayeur il y a quelques mois, lorsqu’un arrêté ministériel daté du 31 décembre 2022 avait tout simplement interdit la commercialisation des fleurs et feuilles de CBD pur.

Cette décision sera toutefois temporairement suspendue par le Conseil d’Etat le 24 janvier 2022, évoquant une interdiction « injustifiée » et « disproportionnée ». Une décision définitive devrait être rendue en fin d’année. Si les signaux sont au vert, les professionnels ne sont pas à l’abri d’une mauvaise surprise qui pourrait les obliger à mettre la clé sous le paillasson.

#5 Les études scientifiques sur l’intérêt du CBD médical s’accélèrent

Le CBD fait l’objet d’un engouement sans précédent de la part de la communauté scientifique. Il faut dire que son profil pharmaceutique est très intéressant, notamment pour soulager la douleur, limiter le stress et l’anxiété et favoriser un sommeil sain et réparateur. L’absence de tout effet psychotrope est un plus non négligeable.

C’est ainsi que le ministère des Solidarités et de la Santé a lancé une vaste expérimentation pour évaluer l’intérêt médical de deux molécules issues du cannabis : le CBD (non psychotrope) et le THC (psychotrope). Les indications thérapeutiques concernées ont été définies par l’Agence nationale sur la sécurité du médicament et des produits de santé. Il s’agit essentiellement des douleurs associées à certaines pathologiques chroniques lourdes, des formes réfractaires et pharmaco-résistantes d’épilepsie, de certains symptômes oncologiques récalcitrants et des soins palliatifs. Les résultats de cette grande étude devraient être communiqués fin 2023.

La toute première prescription médicale de CBD a été adressée à un patient clermontois souffrant d’épilepsie réfractaire en la présence du ministre de la Santé, Olivier Véran.

Commentaires

Ajoutez un commentaire

AlloWeb
Logo
Créer un nouveau compte
Réinitialiser le mot de passe
Comparer
  • Total (0)
Comparer
0