1D Lab : une startup à suivre en 2017 (Présentation)

1D Lab fait partie du top des startups à suivre en 2017 selon AlloWeb.org ! Basée à Saint Etienne, 1D Lab est une start-up française spécialisée dans le(s) secteur(s) Services B2B . Créée en 2014, 1D Lab a réalisé une levée de fonds en 2016 (consultez la liste des levées de fonds de startups). Les principaux membres de l’équipe sont Eric Petrotto, Cédric Claquin (retrouvez plus d’infos sur 1D Lab dans la base de données de startups : plus de 30.000 acteurs de la French Tech y sont référencés).

Nous avons posé cinq questions à 1D Lab , sur son business model, son marché, ses objectifs pour les mois à venir… Vous pouvez retrouver encore plus d’informations en consultant notre page dédiée à l’actualité de 1D Lab, ou sur le compte Twitter de l’entreprise.

logo interview 1D Lab

1D Lab

Création : 2014
Siège social : Rhone Alpes
Activité(s) : Services B2B
Equipe : Eric Petrotto | Cédric Claquin …
Levée de fonds : 1 | Montant total : 1 000 000 €
Incubateur(s) / Accélérateur(s) : Residence Creatis – Incubateur De La Gaite Lyrique

Interview : 1D Lab

1) Pouvez-vous nous présenter votre entreprise / votre business model ?

1D Lab se définit comme une “smart-up” : une start’up de l’économie sociale et solidaire. Elle entend, au travers de ressources numériques, renforcer la diffusion et la rémunération des créateurs indépendants. Initiée en 2012 par la fédération nationale de labels indépendants CD1D et construite avec l’énergie collective d’une multitude d’acteurs (fédérations, labels, médiathèques, radios associatives, salles de concerts…), la coopérative a été pensée comme un laboratoire d’expérimentations collaboratives et revendique une gouvernance partagée des projets menés. À ce jour 1D Lab propose 2 produits principaux :

1D touch ​: une plateforme multimédia (musique, jeu vidéo et bientôt livre numérique) dédiée à la découverte culturelle. Des lieux partenaires (médiathèques, salles de concerts, pôles jeunes, collectivités territoriales, comités d’entreprise…) souscrivent des abonnements pour en faire profiter gratuitement leurs usagers. Ces partenaires deviennent des « prescripteurs » auprès de leur communauté et gèrent la mise en avant des œuvres selon leurs envies, coup de cœurs et les actualités locales. 1D touch a été créée pour expérimenter un système de rémunération équitable qui, grâce à un modèle économique innovant appelé Contribution créative territoriale (CTT) cherche à encourager la création et garantir le maintien de la diversité culturelle.

Divercities ​: application mobile gratuite destinée aux curieux, Divercities est un guide culturel alternatif qui, au travers de recommandations multimédias personnalisées et géolocalisées, promeut les lieux et activités autour de l’utilisateur. Ces recommandations appelées “capsules” sont à la fois proposées par notre équipe d’éditorialistes et les partenaires avec lesquels nous travaillons. Le business model d’1D Lab repose pour partie sur un modèle BtbtC : le consentement à payer du public pour découvrir des contenus indépendants est faible. Nous appuyons donc notre développement sur des tiers soucieux d’enrichir l’expérience de leurs usagers avec des contenus culturels atypiques.

2) Quel est votre marché / quelles sont ses perspectives ?

1D Lab travaille avec des partenaires soucieux de valoriser les créations indépendantes et de tisser un lien privilégié avec leurs usagers en leur proposant différents parcours de découverte. Historiquement, nous pouvons distinguer 3 grands types de marchés :

– Les collectivités territoriales

– Les bibliothèques, salles de concerts

– Les Instituts français

Aujourd’hui, avec l’évolution des produits et la sortie de l’application Divercities, 1D Lab amplifie considérablement son champ d’action, et se positionne sur de nouveaux axes comme :

Les offices de tourisme, professionnels du secteur​ (hôtels…) peuvent ainsi envisager de nouvelles façons, plus ludiques, de faire découvrir la ville et ses recoins oubliés, ou non.

Les entreprises de transport ​apportent une valeur ajoutée au temps de trajet de leurs usagers souvent considérés comme “perdus”, en leur proposant d’accéder à une offre de ressources numériques multimédias.

Les partenaires privés​ adoptent un nouvel outil de communication et tisse un lien différent et privilégié avec leur communauté (abonnés, clients…).

Les comités d’entreprise ​boostent l’efficacité de leurs collaborateurs avec une ambiance conviviale et leur donnent la possibilité d’accéder aux ressources chez eux. Grâce à la co-construction perpétuelle de ses produits, 1D Lab envisage, avec ses partenaires, différents scénarios d’usages et s’assure des leviers de croissance complémentaires.

3) Avez-vous bénéficié du soutien d’un incubateur / accélérateur ? Si oui, qu’est-ce que cela vous a apporté ?

1D Lab, sans vraiment avoir bénéficié pour le moment d’un véritable accompagnement au sein d’un incubateur, a néanmoins toujours évolué très proche de ces écosystèmes : qu’il s’agisse du Mixeur à Saint-Étienne ou de Créatis à Paris, où la coopérative dispose d’établissements. 2017 devrait nous donner l’occasion de davantage tirer profit de ces dynamiques au travers de Creatis Bruxelles que Divercities a officiellement intégré. Cette implantation en Belgique se fait au sein d’une place de choix : la Place Royale au cœur de Bruxelles, aux côtés de l’ING Art Center, un terreau idéal pour commencer à tisser un réseau européen qui permettra à l’application de se propager dans les villes connectées du continent. C’est l’occasion à la fois de bénéficier du regard d’experts qui questionnent nos partis-pris et stimulent notre réflexion stratégique et de se remettre en question, de prendre du recul ou d’explorer de nouvelles voies.

4) Quels sont vos projets / objectifs pour 2017 ? Prévoyez-vous de recruter ?

2017 constitue une année charnière pour la coopérative. Après une première levée de fonds en 2016, nous en prévoyons une seconde pour la fin d’année afin d’assurer la stabilité de la structure, faire évoluer nos produits et ménager le temps que notre modèle atypique nécessite. Cette année doit également permettre d’élargir et de diversifier autant nos clients que nos services :

> nous venons de nous associer à munki​, un catalogue jeune public (musique et conte) pour les enfants de 0 à 8 ans qui va nous permettre de démarrer la construction d’un véritable kiosque de services de ressources alternatives ou indépendantes ;

> 1D touch accueillera également, dans les prochains moins, une première phase d’expérimentation du volet “édition numérique”; ainsi livre, BD et manga viendront compléter le catalogue existant aux côtés de la musique et du jeu vidéo et permettrotn de travailler réellement sur une expérience utilisateur globale.

L’année est également marquée par le lancement progressif de l’application Divercities, le nouveau guide culturel alternatif. Plus de 300 “capsules culturelles” sont déployées en France et en Europe au fil de l’année, pour découvrir les lieux et activités qui entourent l’usager. Qu’il s’agisse de la valorisation d’un lieu, d’un événement ou de la création d’un parcours thématique, l’application, sera expérimentée en temps réel et fera l’objet de living lab dont le premier devrait voir le jour à Marseille d’ici quelques jours. Par la suite, Divercities se déploiera en Europe dans le cadre du projet Future Divercites, soutenu par le programme Europe Creative. Très vite, des capsules culturelles seront disponibles dans plusieurs “capitales européennes” comme Barcelone, Berlin, Bristol…

Pour tenir ces objectifs, nous prévoyons de renforcer notre équipe de collaborateurs. Entre effervescence bien connue des start’up et agilité raisonnée, 1D Lab est une structure qui tend à poser les bases de nouvelles formes managériales, plus horizontales, terreau favorable à la prise d’initiative permettant de renforcer l’implication et l’application de chacun. Nous serons amenés à recruter au sein de différents pôles :

> la médiation et l’innovation par les usages constituent des enjeux essentiels pour “rendre physique le numérique”, faciliter la prise en main des outils. En ce sens, nous sommes en train de recruter un(e) responsable “médiation & usages, conseil & études” en charge de coordonner ce pôle stratégique.

> avec notre positionnement sur le volet européen, l’équipe bruxelloise nécessite de nouvelles forces vives, nous recherchons également donc un(e) stagiaire assistant(e) chargé(e) de diffusion.

> enfin certains de nos projets risquent de se concrétiser avant l’été en termes de financement et devraient permettre d’étoffer notre équipe de développeurs

5) Un dernier mot pour terminer cette interview ? Un conseil à donner aux jeunes entrepreneurs ?

Lancer un projet, c’est un challenge de tous les instants, le premier conseil serait donc de ne pas avoir peur de l’échec​. L’important est de porter des valeurs fortes auxquelles on croit en s’entourant de partenaires qui les partagent. Tisser des liens avec des entreprises reconnues comme “références” et s’entourer de collaborateurs compétents, même si onéreux de prime abord, constituent des gages précieux de qualité. Si cela engendre un certain coût de départ, le retour sur investissement se fera vite sentir. Enfin, il est primordial de poser son projet et ses perspectives par écrit. Au-delà de constituer un modèle d’affaire, document indispensable à présenter à vos potentiels financeurs, ce travail d’écriture est un excellent exercice permettant de prendre de recul sur votre projet et ses perspectives d’évolution. Il est important également de disposer d’un bagage ou d’une curiosité méthodologiques qui permettent, à l’image du BMC, de la VPD ou des personas, de formaliser de façon simple sa proposition de valeur Ayez à l’esprit que votre business n’explosera pas tous les records après quelques semaines, la patience reste de mise pour concrétiser vos envies. L’important est de ne pas perdre de vue ses objectifs et de conserver l’éthique qui vous a poussé à vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Le monde des start-up est un monde fragile où nous avons déjà vu en quelques années de nombreuses applications ou projets disparaître alors qu’ils bénéficiaient d’une forme de buzz ou de premières levées de fonds. Time will tell !

YouTube video

Consultez le sommaire du Top des Startups françaises à suivre en 2017 : un classement des 1.500 plus belles start-ups et pépites de la French Tech à connaitre ! + de 500 interviews | Classement régional | Classement sectoriel | Toutes les startups qui recrutent en 2017 | Toutes les levées de fonds depuis 2015 …

Téléchargez nos études de marché sur les startups en France : notre base de données compte plus de 30.000 acteurs de la FrenchTech et vous permettra de tout connaitre de votre marché / de vos concurrents (noms des entreprises, descriptif de leurs activités, noms des fondateurs et des investisseurs, dates et montants des levées de fonds, coordonnées…)

AlloWeb
Logo
Créer un nouveau compte
Comparer
  • Total (0)
Comparer
0