BlookUp : une startup à suivre en 2017 (Interview)

BlookUp fait partie du top des startups à suivre en 2017 selon AlloWeb.org ! Basée à Bordeaux, BlookUp est une start-up française spécialisée dans le(s) secteur(s) Culture. Créée en 2011, BlookUp a réalisé une levée de fonds en 2017 (consultez la liste des levées de fonds de startups en 2017). Les principaux membres de l’équipe sont Philippe Bruno (retrouvez plus d’infos sur BlookUp dans la base de données de startups : plus de 30.000 acteurs de la French Tech y sont référencés).

Nous avons posé cinq questions à BlookUp, sur son business model, son marché, ses objectifs pour les mois à venir… Vous pouvez retrouver encore plus d’informations en consultant notre page dédiée à l’actualité de BlookUp, ou sur le compte Twitter de l’entreprise.

logo interview BlookUp

BlookUp

Création : 2011
Siège social : Aquitaine
Activité(s) : Culture
Equipe : Philippe Bruno …
Levées de fonds : 2 | Montant total : 1 140 000 €
Incubateur(s) / Accélérateur(s) :

Interview : BlookUp

Interview : BlookUp

1) Pouvez-vous nous présenter votre entreprise / votre business model ?

BlookUp est la seule plateforme française située à Bordeaux permettant de transformer les contenus digitaux d’un blog ou d’un compte de réseau social (Facebook, Instagram, ..) en véritable livre papier, mis en page, imprimé à l’unité et livré à domicile.

Le besoin est parti d’un constat simple. A l’heure du tout numérique, il est important de retrouver de la valeur. Les contenus numériques que nous publions sur les blogs ou réseaux sociaux sont souvent originaux et précieux mais hélas éphémères et fragiles.

Le livre papier est un objet rassurant, valorisant et intime que l’on aime garder à travers le temps, toucher, feuilleter les pages (rien ne remplace le toucher et l’odeur du papier), et conserver dans sa bibliothèque (C’est le premier usage), mais c’est aussi un objet que l’on souhaite offrir et partager avec son entourage (c’est le deuxième usage). Enfin, si le contenu d’un blog ou d’un réseau social contient un intérêt ou une valeur marchande, les auteurs peuvent être intéressés à faire leur livre pour le vendre et gagner de l’argent (c’est le troisième usage de nos clients).

Bref BlookUp permet de conserver et valoriser nos écrits, nos photos, et nos conversations dans un monde très (trop) dématérialisé.

2) Quel est votre marché / quelles sont ses perspectives ?

Notre marché est celui du livre de la vie digitale. Qu’il s’agisse de livre de blog ou de réseau social, nous permettons à ceux qui publient, postent sur leur blog ou leur réseau social de transformer leur contenu en véritable livre papier.

Notre marché est donc essentiellement BtoC ; ce sont les auteurs de leur contenu digital qui commande leur production pour eux-mêmes ou pour offrir car leur contenu est protégé par des identifiants que seuls eux connaissent. C’est ce que nous appelons l’égo-business.

Mais en lançant le livre des pages Fan de Facebook fin 2016, nous touchons une clientèle qui est intéressée à acquérir le livre d’une Page Facebook d’autrui, de leur artiste ou groupe de musique préféré, de leur marque favorite. En effet, un particulier peut décider, à condition qu’il ait préalablement « liké » la page Facebook, d’imprimer tout ou partie de la Page d’une personnalité ou d’une marque publique. Cette possibilité ouvre le champ du marché des cadeaux. Ainsi vous pouvez, pour un anniversaire ou à Noël, offrir à votre petit ami fou de Cristiano Ronaldo ou du Real de Madrid le livre de la page Facebook du célèbre joueur ou du club de foot le plus connu au monde.

Cette nouveauté nous ouvre aussi le marché BtoB. Les professionnels du Marketing et de la communication (responsable social media, community managers, …) peuvent être intéressés à imprimer le livre du contenu digital de leur page Facebook professionnelle de leur marque.

3) Avez-vous bénéficié du soutien d’un incubateur / accélérateur ? Si oui, qu’est-ce que cela vous a apporté ?

Non pas de soutien d’incubateur, nous avons bénéficié d’aide de la région Aquitaine et de prêt d’aide à l’innovation du Crédit Mutuel et de la BPI. Nous sommes en train de finaliser notre deuxième levée de fonds entre 600 et 650 K€), qui a fait appel, pour un tiers, au financement participatif.

4) Quels sont vos projets / objectifs pour 2017 ? Prévoyez-vous de recruter ?

Nous allons ainsi poursuivre dans les 2 voies : la première le livre de blogs, en améliorant notre solution, n’offrant d’autres fonctionnalités de personnalisation des livres et en ouvrant à d’autres plateformes de blog mondiales, anglo-saxonnes dans un premier temps. La seconde dans celle des livres de réseaux sociaux, en sortant prochainement de nouveaux livres réalisables à partir d’autres plateformes de réseaux sociaux, mais chut !

Nous sommes en train de recruter essentiellement des Développeurs web Python, qui est le langage informatique que nous utilisons pour notre solution technique. Nous en prévoyons 4 sur 2017.

5) Un dernier mot pour terminer cette interview ? Un conseil à donner aux jeunes entrepreneurs ?

Dans l’élan du tout numérique, je conseille de vérifier tout ce qui est intuitif. Dans notre cas, nous avons initié, ouvert un marché ex nilho où il a fallu éduquer le consommateur. Cela a pris plus de temps que prévu.

Quand nous nous sommes lancés, personne ne voulait imprimer son blog, ce n’était pas un besoin exprimé par les gens. Il a fallu tout créer, non seulement le besoin, puis la solution technique et enfin la boutique qui leur permet de l’assouvir. Donc la première chose à faire est de vérifier qu’il y a un marché, un besoin et de créer ensuite la boutique. S’il y a des concurrents déjà établis, il faut se lancer dans l’aventure que si on amène une disruption par rapport à ce qui existe.

Il faut tester et retester encore. Il faut savoir vérifier les hypothèses, les intuitions. Il faut du coup savoir dépenser justement et mettre les ressources, l’argent sur quand on en a peu, sur des choses essentielles qui assurent la preuve du concept.

Dans notre cas, c’est la technologie dans notre plateforme qui est essentielle. Nous avons eu besoin de stabiliser technologiquement notre plateforme pour qu’elle puisse desservir la même qualité de service tout le temps. Nous avons dû investir dans des techniciens pour y parvenir, au détriment d’autres chantiers, comme le développement de produits. Nous y sommes parvenus même s’il faut en permanence veiller à ce qu’il n’est pas de dérèglements de notre plateforme.

Ensuite, il faut également être agile et capable de changer de stratégie rapidement, si on voit qu’elle ne fonctionne pas. Je ne parle pas forcément de stratégie générale, qui elle doit être stable et gravée dans le marbre, je parle plutôt des moyens, notamment ceux pour générer de la demande. Il ne faut pas s’obstiner dans une voie qui ne fonctionne pas.

Top Startups 2017 width=730

Consultez le sommaire du Top des Startups françaises à suivre en 2017 : un classement des 1.500 plus belles start-ups et pépites de la French Tech à connaitre ! + de 500 interviews | Classement régional | Classement sectoriel | Toutes les startups qui recrutent en 2017 | Toutes les levées de fonds depuis 2015 …

Téléchargez nos études de marché sur les startups en France : notre base de données compte plus de 30.000 acteurs de la FrenchTech et vous permettra de tout connaitre de votre marché / de vos concurrents (noms des entreprises, descriptif de leurs activités, noms des fondateurs et des investisseurs, dates et montants des levées de fonds, coordonnées…)


Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.

Actualité #Startups #FrenchTech

Je m'abonne à la Newsletter AlloWeb (hebdomadaire)

Merci !

Adresse email non valide !

Actualité #Startups #FrenchTech

Je m'abonne à la Newsletter AlloWeb (hebdomadaire)

Merci !

Adresse email non valide !

Partagez un article

Regarde cet article : BlookUp : une startup à suivre en 2017 (Interview) - http://www.alloweb.org/blookup-une-startup-a-suivre-en-2017-interview/63243/ publié par AlloWeb.org (Actualité et Annuaire des startups French Tech)